Technologie

Entretien avec Hito Steyerl à propos de son spectacle au Centre Pompidou

Entretien avec Hito Steyerl à propos de son spectacle au Centre Pompidou
Écrit par admin

Si un artiste peut donner un sens à cette période qui défie les sens, ce serait Hito Steyerl : poète lauréat de la dislocation numérique et du bouleversement social.

Dans ses installations vidéo, ses essais et ses conférences-performances, l’artiste allemande a démantelé les frontières entre Internet et ce qu’on appelle « le monde réel », en sondant comment les technologies numériques se déversent de l’écran dans les zones de guerre, les marchés financiers, les développements immobiliers et les enchères. Maisons. Avec un humour amer et un habile mélange d’images haute et basse résolution, Steyerl a souligné la violence et l’absurdité qui résultent de la fusion de la vie humaine et des données – d’où l’ironie brutale de sa désignation, en 2017, de « Non. 1″ sur une liste plus ou moins arbitraire de “les 100 personnes les plus influentes de l’art.

L’exposition « Hito Steyerl : I Will Survive » a été présentée l’année dernière au musée K21 de Düsseldorf ; il est maintenant visible, après un certain temps, au Centre Pompidou à Paris, jusqu’au 5 juillet. « I Will Survive » est l’exposition européenne la plus importante de Steyerl à ce jour, et avec ses œuvres antérieures les plus renommées, elle lance « SocialSim », une nouvelle installation faisant un clin d’œil à la pandémie et à la violence policière. Ici, des policiers animés s’infectent non pas avec un nouveau coronavirus mais avec des accès de danse – ce qui s’est vraiment produit il y a 500 ans, lors de la tristement célèbre Peste dansante de Strasbourg.

Bien que son travail soit sans cesse d’actualité – d’autres vidéos de « I Will Survive » évoquent le « Salvator Mundi » manquant et les points communs de la marque de mode Balenciaga et du populisme de droite – Steyerl a toujours apporté une profonde ambivalence face aux nouvelles technologies. Son scepticisme semble plus valable que jamais après les nombreux mois que nous avons passés devant nos écrans, et dans une conversation récente, condensée et éditée ci-dessous, Steyerl m’a expliqué pourquoi nous devrions comprendre notre année de peste comme moins une perturbation qu’une accélération. (Nous avons parlé par liaison vidéo et Steyerl est apparu devant un fabuleux arrière-plan Zoom de fleurs roses.)

Vous vivez à Berlin et y enseignez à l’Université des Arts. Êtes-vous resté sur place pendant toute la pandémie?

Je suis en lock-out depuis mars de l’année dernière, complètement. J’ai enseigné sur Minecraft, en fait : c’est un jeu pour les enfants, à partir de 7 ans, et vous pouvez construire des trucs avec des blocs. Vous pouvez créer des mondes fantastiques très rapidement. La semaine dernière, mes étudiants ont mis en scène une version des « Mesures prises » de Brecht dans un immense centre d’essais communistes, qu’ils ont construit à Minecraft.

Quelles sortes de limites la pandémie a-t-elle imposées à l’art que vous avez créé ?

Peut-être que rien de nouveau n’était vraiment nécessaire, à l’exception d’une intensification des choses existantes. J’ai utilisé des restes de tournages précédents, d’œuvres précédentes, plus des trucs générés, plus des trucs tournés à distance.

Dans « SocialSim », que vous avez réalisé récemment, nous assistons à une contagion sociale d’un « virus dansant » – mais aussi à des contagions sociales plus contemporaines. L’opposition au port du masque, qui a abouti en Allemagne à une tentative de prendre d’assaut le Parlement allemand en août dernier, a également circulé et propagé comme une sorte de transmission virale.

Il y a eu autre chose qui m’a vraiment choqué qui s’est passé à Berlin à la fin de l’été dernier, quand soudain, le Musée égyptien s’est retrouvé attaqué par un mystérieux « arroseur ». Quelqu’un est entré dans le musée et a pulvérisé une substance huileuse sur environ 70 objets. Et l’idée était – cela n’a pas été confirmé – que cela avait à voir avec ces théoriciens du complot, qui en Allemagne sont très en réseau avec la droite.

Un peu fou cela pourrait arriver après deux gros vols, au musée de Bode à Berlin puis la voûte verte à Dresde, en Allemagne.

C’était l’un des principaux arguments autour du Forum Humboldt, des gens qui ne voulaient rien restituer : que ces objets ne seraient pas en sécurité. Maintenant, il s’avère qu’ils ne sont absolument pas en sécurité en Allemagne non plus.

Je me demande ce que vous pensez du bâtiment du Centre Pompidou, qui ne pourrait pas être plus différent du Forum Humboldt — même s’il a aussi ses problèmes.

Le bâtiment est celui des années 70 Palais amusant machine cybernétique qui s’est en quelque sorte enfoncée dans le quartier, et maintenant elle a acquis une qualité nostalgique, faisant référence à une sorte d’État-providence, où il y aurait ce genre d’investissements dans les musées publics d’art contemporain. Donc pour moi c’est une machine : une grosse machine, une machine à manger des os. Et effectivement, le spectacle s’engage avec les parties cassées du musée, car il s’ouvre sur les couloirs de service, où l’on voit que les vitres sont effectivement cassées.

Le musée doit fermer pour rénovation, Pendant quatre ans.

Ce qui est assez drôle : il a été construit comme ce phare du modernisme et de la nouveauté brillante, et il n’y a pas si longtemps, n’est-ce pas ? Mais j’ai un faible pour ces tubes en plexiglas, l’ambiance « Star Trek ».

À propos du verre brisé : pour votre récente installation vidéo « La ville des fenêtres brisées », maintenant dans l’émission Pompidou, vous avez interviewé des ingénieurs qui cassent des vitres pour une entreprise de production de données.

Cela a été fait en 2018. J’étais vraiment énervé par les gens qui voulaient seulement que je fasse des trucs CGI brillants et drôles, et je voulais vraiment faire quelque chose de très documentaire – austère, disons-le comme ça. Trump avait été élu, et je n’étais pas de bonne humeur, de toute façon, alors j’ai pensé : “Allons-y pour quelque chose de simple et de réel.”

Je suis allé dans une société britannique appelée Audio Analytic, basée à Cambridge. j’ai eu lire à leur sujet sur la BBC. Et ils avaient, à la main, détruit manuellement des milliers de fenêtres pour entraîner une IA, un réseau de neurones, à reconnaître le son des fenêtres brisées. L’idée sous-jacente était qu’un appareil pouvait appeler la police, ou la sécurité, ou quelque chose comme ça. Quelqu’un se tient en fait dans un immense hangar d’avion, détruisant des fenêtres toute la journée pour qu’une machine devienne plus intelligente. J’étais complètement fasciné.

L’ancienne vision moderniste consistant à briser des objets en morceaux – cubisme, futurisme – a été absorbée par la métrique et la surveillance.

Une idéologie de la maison intelligente. Mais aussi la destruction créative – vous savez, cassez les choses rapidement, cette idée de la Silicon Valley. Tout cela y entre et crée ce genre de panorama de surveillance. Mais les gens sont super enthousiastes à l’idée de casser les vitres. Vous pouvez même me voir ; J’en ai cassé un aussi. J’ai utilisé ces images dans “SocialSim”.

Vous n’avez jamais été un artiste « natif d’Internet » ; vous n’avez pas de page web, vos œuvres ne sont pas en ligne sauf en tant que bootlegs. Mais pendant le confinement, tu l’as fait une série de présentations en streaming de vos œuvres. Avez-vous tiré des leçons de la diffusion en direct du confinement dans cette nouvelle exposition?

Pour ces quatre soirées de streaming, j’ai produit un contexte plus ou moins nouveau — en discutant avec des protagonistes de l’œuvre eux-mêmes, par exemple. J’ai donc pensé que c’était légitime, car cela ajoutait un nouvel angle aux œuvres. La plupart du temps, ce sont des vidéos qui se prêtent au streaming, pas des projections multi-écrans, ce qui deviendrait compliqué.

Mais ensuite à Paris, j’ai un peu abandonné, je dois dire. À ce stade, les gens sont déjà tellement fatigués de regarder des écrans, et il y a cette surabondance de contenu. C’était un spectacle auquel j’avais vraiment essayé de réfléchir physiquement, en cette espace. Je ne pensais pas que je pouvais, de quelque façon que ce soit, en créer un clone numérique qui serait réellement capable de le remplacer. Ce ne serait qu’une sorte de devoir, et mal synchronisé aussi.

je me sens presque mal vous poser des questions sur les TVN, mais en tant que personne qui a impitoyablement sondé le rapport de l’art à la spéculation financière et au crime, vous devez les trouver familiers.

Pour l’instant, l’art est un prétexte, ou peut-être un prétexte, pour déployer l’infrastructure : la cryptoinfrastructure, l’infrastructure Web 3.0. Et le slogan c’est ce sortilège du NFT C’est vraiment un sortilège, car il ne veut rien dire ! Cela signifie simplement : je vous possède, et d’une manière ou d’une autre, par des cryptoincantations magiques, je l’entrerai sur la blockchain. Mais parce que cela semble compliqué ou high-tech, cela attire tellement l’attention, n’est-ce pas ? C’est juste essentiellement un mécanisme de désinformation. Plus cela devient confus, plus l’attention est attirée ou utilisée par elle.

Il semble vraiment que la rhétorique autour des NFT – et plus généralement de la cryptographie, je dirais – s’inspire tellement de la figure moderniste de l’artiste. La créativité individuelle, libre d’institutions, enfin déchaînée.

Je veux dire, j’en suis témoin au moins pour la troisième fois : cette mise en place de nouvelles infrastructures avec le même genre de slogans et de propagande. « Ce sera plus démocratique. Ce sera plus accessible. Il y aura égalité des chances. Tout le monde s’informera. Les intermédiaires seront éliminés. Je veux dire, combien de fois vais-je l’entendre ? À quelle fréquence les gens vont-ils craquer ?

La première fois que je l’ai entendu, c’était lors de la première soi-disant “révolution Internet », en Serbie. Vous pouvez regarder la Serbie maintenant, 20 ans plus tard, et voir si tout cela s’est réalisé. Puis ce fut le début des médias sociaux, le printemps arabe, en Iran. Mais la même rhétorique de la technologie conduisant automatiquement au progrès et à plus d’égalité est à nouveau déployée. Avec les NFT, c’est fondamentalement la même chose. La seule différence est que maintenant nous l’entendons de Paris Hilton.

A propos de l'auteur

admin

Laissez un commentaire

Résoudre : *
30 × 5 =