Lifestyle

L’Italie célèbre les femmes – mais c’est un long chemin vers la parité entre les sexes

Écrit par abadmin

En Italie, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, c’est une tradition d’offrir des mimosas, une fleur jaune tendre qui a été introduite pour la première fois à la fin de la Seconde Guerre mondiale par l’Association des femmes partisanes Unione Donne Italiane (UDI). Mais le 8 mars 2021, un an après le verrouillage qui a marqué le début d’une crise profonde pour l’Italie et le reste du monde, transformer cette célébration en soutien concret est devenu un véritable impératif.

C’était encore en octobre lorsque l’organisation caritative catholique Caritas a publié son rapport annuel sur la pauvreté: les principales victimes de la pandémie, en termes économiques, sociaux et politiques, ont été les femmes.

Si l’Italie était déjà la dernière Classements européens en ce qui concerne les taux d’emploi et l’écart de rémunération entre les sexes, Covid-19 a aggravé les choses. Les taux de travail des femmes en 2020 sont tombés à 48,5%, contre 50,1% l’année précédente. Selon le bureau national des statistiques Istat, sur 444 000 emplois perdus en 2020, 312 000 étaient des femmes.

Lorsque les écoles ont dû fermer (elles ferment de plus en plus ces jours-ci, en raison de nouvelles épidémies de virus), les femmes étaient les premier à assumer le fardeau des soins à domicile et en famille. Lorsque le moment de reprendre le travail est venu, beaucoup d’entre eux ne l’ont tout simplement pas fait: rien qu’au mois de décembre 2020, sur 101000 personnes qui ont perdu leur emploi, 99000 étaient des femmes, selon Istat.

Ces enjeux s’ajoutent à un cadre déjà complexe avant même la pandémie: selon le institut de recherche universitaire Almalaurea, alors que les femmes italiennes ont statistiquement de meilleurs résultats d’études et de meilleures notes, elles travaillent et gagnent moins que les hommes une fois qu’elles entrent sur le marché du travail. Même parmi les diplômés universitaires, le revenu net des femmes est de 16,9% inférieur à celui des hommes. Et l’écart atteint 24,6% s’ils ont des enfants.

Ce n’est pas seulement une question de conditions économiques et d’opportunités: en Italie, les femmes sont également plus exposées à la ségrégation et à la violence. «11 femmes ont été tuées en Italie au cours des deux premiers mois de cette année», a déclaré le président Sergio Mattarella ce matin, lors d’une cérémonie officielle, abordant le thème du fémicide. «Ils étaient 73 l’an dernier. C’est un phénomène choquant, qui secoue et interroge la conscience de notre pays ».

Aujourd’hui, l’Italie est confrontée à la nécessité de redémarrer son économie et les femmes ne peuvent pas être laissées pour compte. Le programme Next Generation EU, avec les ressources allouées par l’Union européenne pour relancer le pays après la crise, est une excellente opportunité pour façonner des politiques stratégiques et axées sur les femmes. Mais il y a déjà des limites: l’Union européenne a décidé que 57% des ressources allaient être consacrées à deux transitions clés, la numérique (20%) et le développement durable (37%), mais 85% des postes de travail en ces secteurs sont occupés par des hommes. Selon les experts, à moins que des opportunités d’emploi ne soient créées pour les femmes dans ces domaines par le biais de politiques spécifiques, le risque est d’élargir l’écart entre les sexes, plutôt que de le corriger.

«Nous devons donner des réponses rapides et efficaces. Je ressens toute cette responsabilité », a déclaré Elena Bonetti, ministre de la Parité des sexes et de la Famille, dans un entretien avec le quotidien Repubblica. «Nous pouvons inverser la tendance. Le Fonds de relance est une belle opportunité de relance. Mais nous avons besoin d’une stratégie. Et un changement culturel aussi ». Selon Bonetti, 6 milliards d’euros (7,1 milliards de dollars) est le montant qui sera alloué au financement des jardins d’enfants, du travail des femmes et de l’entrepreneuriat dans les mois à venir. La date limite pour les projets du plan de relance est le 30 avril: il ne reste plus beaucoup de temps pour développer toutes les propositions.

«Nous avons beaucoup à faire pour apporter la norme et la qualité de la parité entre les sexes au niveau européen», a déclaré le Premier ministre Mario Draghi, s’adressant au pays dans un message diffusé à l’occasion de la Journée de la femme. «Le déploiement des ressources féminines, la reconnaissance, non seulement symbolique, du talent des femmes, sont essentiels pour la construction de l’avenir de notre nation. Une action précise et des réformes profondes sont nécessaires pour associer pleinement les femmes à la vie économique, sociale et institutionnelle du pays. Mais, avant tout, nous devons nous changer nous-mêmes, dans notre vie de famille quotidienne. […] Il semble y avoir une nouvelle prise de conscience, qui trouve une opportunité exceptionnelle dans le programme Next Generation EU, de devenir une réalité dans l’action de mon gouvernement. Parmi les différents critères qui serviront à évaluer les projets du Plan National de Relance et de Résilience (PNRR), il y aura leur contribution à la parité hommes-femmes. C’est avec cette confiance envers notre et votre avenir, et par l’engagement de ce gouvernement à le gagner, que je vous souhaite un bon 8 mars ».

A propos de l'auteur

abadmin

Laissez un commentaire

  • king crab atl
  • king crab menu
  • ffxiv kholusian king crab