Lifestyle

Une nouvelle exposition montre ce qui s’est passé quand Andy Warhol a fait de l’art pour le Vatican

Écrit par abadmin

Cherchant à renforcer l’image de l’Église catholique à la fin des années 1960, le Vatican a recruté Andy Warhol pour réaliser un film. Le choix de Warhol était moins singulier qu’on pourrait le supposer. Bien que son studio soit un lieu de prédilection pour les catholiques non pratiquants dont les pitreries comprenaient des fausses confessions salaces, et bien que son travail précédent laissait malicieusement allusion à l’inceste au sein de la Sainte Famille, Warhol assistait souvent aux offices du dimanche. Sa mère, qui vivait avec lui, entretenait un foyer pieux. Dans une interview avec Écuyer Magazine, elle a même décrit son fils comme un « bon garçon religieux ».

Tous ces facteurs, ainsi que la popularité de Warhol auprès de la démographie que l’Église ne pouvait espérer atteindre seule, ont conduit à une commande qui est peu connue aujourd’hui, mais constitue la pièce maîtresse d’une exposition sur la foi de Warhol qui s’ouvre au Brooklyn Museum aujourd’hui.

Révélation comprend les versions attendues, en particulier les inoubliables Warhol de Léonard de Vinci Dernière Cène. Récapitulant l’iconographie familière dans son esthétique Pop emblématique, ces sérigraphies semblent ironiques, traitant Jésus et ses disciples comme des célébrités avant-la-lettre, et encadrant le chef-d’œuvre de Léonard comme une forme de publicité grand public. La critique culturelle pince-sans-rire qui a rendu Warhol célèbre est encore plus manifeste dans ses grilles de crucifix, alignées pour une rédemption de masse comme Campbell’s Soup Cans for the collective soul.

Il n’y a pas de crucifix dans le film de Warhol pour le Vatican, ni d’images de Jésus, de ses disciples ou de ses proches. Warhol simple a filmé le soleil couchant.

Le Vatican s’est retiré du projet avant la fin du film, pour des raisons qui semblent avoir été logistiques. Bien que certaines séquences aient été réutilisées plus tard dans ses projections pour des performances en direct, personne n’a jamais assemblé les fragments. Mais nous pouvons faire une supposition éclairée sur l’expérience recherchée par Warhol, car Warhol semble avoir abordé son sujet à peu près de la même manière qu’il avait filmé l’Empire State Building plusieurs années plus tôt. Plus de huit heures, Empire montre le bâtiment emblématique à partir d’un seul angle de caméra dans la lumière changeante du crépuscule au milieu de la nuit.

Empire a généralement été considérée comme une farce ou une blague avec une punchline atrocement longue. De ce point de vue, il peut être interprété comme une riposte impassible à la vacuité rapide des médias de masse. (Warhol a sèchement affirmé que le but était simplement de “voir le temps passer”.) Mais en vérité, lorsqu’on l’a longuement regardé, Empire est extraordinairement méditatif.

L’exemple de Empire est également instructif sur le plan conceptuel. À première vue, un ersatz de coucher de soleil pour un espace intérieur semblerait être une parodie du trafic ecclésiastique de miracles : une version autonome de la Création de Dieu qui plaît à tous. Même si cette interprétation s’aligne sur le scepticisme de Warhol à l’égard des structures de pouvoir comme l’Église catholique, elle doit être mise en balance avec son véritable plaisir pour les films. Il devait sûrement avoir reconnu l’attention focalisée qu’un coucher de soleil projeté commanderait. Comme dans le cas de Empire, l’ironie n’excluait pas la sincérité – et laissait même place à la spiritualité.

Les couchers de soleil de Warhol illuminent d’autres œuvres, dont son Dernière Cène séries. La répétition de détails tels que la tête du Christ dans Christ 112 fois est indéniablement humoristique et a un lien évident avec ses précédentes répétitions de visages de célébrités telles que Marilyn Monroe. Cependant, la répétition n’est pas seulement une caractéristique des médias de masse. Le rituel est également stéréotypé, gagnant en force grâce à une mise en acte répétitive.

Warhol adorait des célébrités telles que Marilyn. Si l’on en croit sa mère, il a également conservé des croyances plus traditionnelles, qu’il a peut-être pratiquées dans les médias qu’il connaissait le mieux. Comme celui de Léonard Dernière Cène, celui de Warhol restera à jamais ouvert à l’interprétation. Le dernier souper est une satire. Cela peut aussi être une prière.

A propos de l'auteur

abadmin

Laissez un commentaire