Environnement

Humains et chiroptères contre l’infection par le SARS-CoV-2 — ScienceDaily

Écrit par abadmin

Les cellules de chauve-souris ont des barrières moléculaires spécifiques pour faire face à la réplication du SRAS-CoV-2, selon une étude publiée dans le Journal de virologie — une publication de l’American Society of Microbiology — qui comprend la participation de Jordi Serra-Cobo, maître de conférences à la Faculté de biologie et à l’Institut de recherche sur la biodiversité (IRBio) de l’Université de Barcelone et expert en études écoépidémiologiques.

L’étude a été menée sur des cellules primaires d’espèces de chauves-souris peu étudiées et qui circulent en Europe et en Asie (plus précisément, Rhinolopuhs ferrumequinum, Myotis myotis, Eptesicus serotinus, Tadarida brasiliensis et nyctalus noctula). Ces lignées cellulaires ont été obtenues par de petites biopsies réalisées sur les ailes des chauves-souris — par exemple, dans des colonies de chauves-souris de myotis myotis à Majorque et d’autres lignées cellulaires apportées par certaines équipes de recherche ayant participé à l’étude. Comme indiqué dans les conclusions, ces modèles cellulaires définis chez les chiroptères sont façonnés comme des outils d’intérêt scientifique pour étudier la relation évolutive entre les chauves-souris et les coronavirus.

L’étude, menée par les experts Nolwenn Jouvenet et Laurent Dacheux, de l’Institut Pasteur à Paris, comprend la collaboration d’experts d’institutions de recherche en France, en République tchèque et en Suisse.

Comment les chauves-souris se protègent-elles des infections virales ?

Les coronavirus sont présents dans de nombreuses espèces animales dans le monde, comme les chauves-souris (chiroptéennes). Dans ce contexte, la littérature scientifique décrit depuis des années la grande résistance de certaines espèces de chiroptères vis-à-vis de l’infection virale. Chez ces mammifères volants, le système immunitaire est en phase de pré-alerte, une condition qui permet une réponse plus rapide aux infections virales. Pour la plupart des mammifères, avoir un système immunitaire en état de pré-alerte constant impliquerait des problèmes d’inflammation mais ce n’est pas le cas pour les chauves-souris, c’est pourquoi elles font l’objet de nombreuses études épidémiologiques et immunologiques internationales.

Dans le cadre de l’étude, l’équipe a analysé la capacité des cellules primaires de différentes espèces de chauves-souris à soutenir la réplication du SRAS-CoV-2. « Les résultats révèlent qu’aucune de ces cellules n’était permissive à l’infection, pas même celles exprimant des niveaux détectables d’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), une métallopeptidase qui sert de récepteur viral chez de nombreuses espèces de mammifères », explique Jordi Serra-Cobo. , membre du Département de biologie évolutive, écologie et sciences de l’environnement de l’UB et le seul expert en Espagne à avoir participé à cette étude.

« Les cellules n’ont pas permis l’infection dans l’espèce Rhinolophus ferrumequinum, un chiroptère du même genre que la chauve-souris asiatique chez laquelle a été trouvé le virus BANAL-52, ancêtre potentiel du SRAS-CoV-2. Plus précisément, les séquences génétiques du virus BANAL-52 sont similaires à 96,8 % à celles du SRAS-CoV-2 », explique Serra-Cobo, éminent expert dans les études sur les chauves-souris comme réservoirs naturels d’agents infectieux comme les coronavirus.

Humains et chiroptères contre infection par le SRAS-CoV-2

Concernant l’espèce humaine, on sait que la protéine de pointe du SARS-CoV-2 se lie au récepteur membranaire cellulaire ACE2 puis le virus infecte la cellule. « Dans le cas des cellules chiroptères, soit la quantité d’enzyme ACE2 est faible et elle n’entre plus dans la cellule, soit, si le virus se lie à ACE2, il ne peut pas infecter la cellule », souligne Serra-Cobo.

D’un point de vue global, cette étude contribue à une meilleure compréhension des mécanismes de lutte contre les infections virales. C’est un axe de recherche mené depuis des années par l’équipe dirigée par Serra-Cobo à l’UB et à l’IRBio et qui se renforce aujourd’hui dans le cadre du groupe de recherche EvoDevo-Cat de la Faculté de Biologie de l’UB. .

« Concrètement, notre équipe travaille à comprendre les adaptations des chiroptères vis-à-vis des infections virales. Un nombre important de virus zoonotiques circulent dans les populations de chiroptères sans provoquer de symptômes de la maladie chez les porteurs », note le chercheur.

« Au cours de l’histoire évolutive des chiroptères – environ 64 millions d’années -, il y a eu des processus de coévolution entre les chauves-souris et les virus. Un exemple de ces processus est l’adaptation aux coronavirus. L’étude des adaptations évolutives du vivant êtres humains pour faire face aux infections virales est d’un grand intérêt, car ils fournissent des informations qui peuvent avoir des applications médicales », conclut Jordi Serra-Cobo.

.

A propos de l'auteur

abadmin

Laissez un commentaire