Environnement

L’étude de la calotte glaciaire promet de nouvelles perspectives pour des projections climatiques locales précises – ScienceDaily

Écrit par abadmin

Une nouvelle étude détaillée de la calotte glaciaire de Renland offre la possibilité de modéliser d’autres calottes glaciaires et glaciers plus petits avec une précision beaucoup plus grande qu’auparavant. L’étude a combiné des données radar aéroportées pour déterminer l’épaisseur de la calotte glaciaire avec des mesures sur place de l’épaisseur de la calotte glaciaire et des données satellitaires. Des chercheurs de l’Institut Niels Bohr – Université de Copenhague ont rassemblé les données de la calotte glaciaire en 2015, et ce travail s’est maintenant concrétisé sous la forme de prévisions plus exactes des conditions climatiques locales.

La précision de l’étude permet la construction de modèles pour d’autres calottes glaciaires et glaciers plus petits, permettant des projections locales considérablement améliorées de l’état des glaciers localement, dans le monde entier. Les résultats ont récemment été publiés dans Journal de glaciologie.

Une combinaison d’approches se traduit par une plus grande précision

Le principal objectif initial de l’étude était d’évaluer l’épaisseur et le volume de la calotte glaciaire de Renland et, ce faisant, de valider les données modélisées par ordinateur par rapport à des données réelles. Le radar aéroporté, qui mesurait l’épaisseur de la glace, a été comparé à des résultats de mesure connus à l’avance. En outre, les chercheurs ont utilisé des mesures satellitaires de la vitesse de la glace à la surface de la calotte glaciaire, à nouveau juxtaposées à divers paramètres entrés dans le modèle informatique, par exemple « glissement basal » – en d’autres termes, la vitesse de mouvement à la bas de la calotte glaciaire. Les résultats combinés ont fourni aux chercheurs un matériel de base extrêmement détaillé pour construire un modèle informatique qui peut être appliqué dans d’autres situations.

De Renland au reste du monde

Iben Koldtoft, doctorant à la section Physique de la glace, du climat et de la Terre à l’Institut Niels Bohr, et premier auteur de l’article scientifique, explique: «Nous avons maintenant les paramètres les plus optimaux pour ce modèle d’écoulement de glace, le Parallet Ice Sheet Model , pour la calotte glaciaire de Renland. Mais bien qu’il s’agisse de mesures locales spécifiques pour Renland, nous pouvons utiliser ces paramètres de modélisation pour simuler la calotte glaciaire sur un cycle complet de la période glaciaire, par exemple, et comparer les résultats avec la carotte de glace Renland dans laquelle nous avons foré 2015. Nous pouvons examiner dans quelle mesure la calotte glaciaire a changé au fil du temps, ou à quelle vitesse la glace fondra si la température augmente de quelques degrés à l’avenir. Ou en termes plus concis: nous savons maintenant comment le modèle peut être « réglé » « pour correspondre à différents scénarios climatiques. Cela garantit une plus grande précision et une méthode qui est également transférable à d’autres calottes glaciaires et glaciers plus petits. »

« En fait, nous pouvons voir que notre article scientifique a initialement reçu de nombreux points de vue du Japon et de l’Argentine. Au début, c’était un peu surprenant – pourquoi là-bas, exactement? Mais cela a un sens absolu. Ce sont des pays avec des calottes glaciaires et des glaciers plus petits. , qui sont désormais ravis de pouvoir projeter leur évolution future », commente Iben Koldtoft.

Une plus petite échelle offre une plus grande visibilité

Les plus grandes calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique sont bien sûr les plus importantes pour évaluer les changements de température et les effets de la fonte sur le climat mondial. Cependant, les plus petites calottes glaciaires réagissent plus rapidement et peuvent être considérées comme des «mini-environnements», où il est possible de suivre les développements sur une échelle de temps plus courte. De plus, il est plus facile de modéliser plus précisément les plus petits scénarios, souligne Iben Koldtoft.

«Si nous regardons le Svalbard, un archipel situé très au nord, ils ressentent le changement climatique comme ayant un effet local beaucoup plus important que ce que l’on voit au Groenland, par exemple. Avec le temps, bien sûr, tous ces changements finiront par affecter l’ensemble du climat. système, mais nous pouvons l’observer plus clairement à une plus petite échelle. « 

Le noyau de glace Renland révèle plus de secrets

En 2015, une carotte a été forée sur la calotte glaciaire de Renland. Dans les années qui ont suivi, les scientifiques ont extrait des données de la carotte de glace récupérée sous forme d’isotopes de l’eau, de gaz et de mesures chimiques. Ce sont tous des indicateurs de la température, de l’accumulation des précipitations, des changements d’altitude et d’autres conditions climatiques de l’est du Groenland, où se trouve la calotte glaciaire de Renland. Ces données peuvent maintenant être comparées à l’étude détaillée et aux données d’autres localités du Groenland. En conséquence, l’étude contribue à une image de plus en plus détaillée de l’évolution du climat. Iben Koldtoft souligne l’importance de combiner les données d’observation avec la modélisation informatique, et que la recherche climatique en général est à un stade où l’utilisation de simulations informatiques avancées et la capacité de les «régler» correctement, est désormais une compétence vitale. Bien que les glaciers du monde entier puissent être surveillés avec une précision incroyable par satellite aujourd’hui, il est nécessaire de développer des modèles informatiques solides, combinant la physique et les mathématiques, afin de calculer comment les glaciers changeront dans le climat du futur, et leurs effets. sur les futures augmentations du niveau de la mer.

.

A propos de l'auteur

abadmin

Laissez un commentaire